Séries d’été ou la place des femmes dans l’histoire

(Mise à jour le 6 août 2022 à 22:09)

L’été est souvent propice pour les journaux à la publication de séries d’articles sur des sujets variés. L’immobilisation, un peu forcée, due à une grosse entorse, m’a fourni l’occasion de consacrer davantage de temps à la lecture !

Contrairement à certains clichés au sujet d’une certaine presse, dénigrée pour son manque d’ouverture ou d’objectivité, ou pour son sectarisme, un journal comme l’Humanité publie cet été plusieurs séries, dont quelques-unes mettent en avant le rôle joué par les femmes dans l’histoire…

C’est ainsi que j’ai pris conscience que Marilyn Monroe, par exemple, n’était pas que « la pin-up, le sex-symbol, la blonde sans prétention connue de tous » mais qu’elle avait aussi dénoncé les « loups » d’Hollywood, le racisme, qu’elle avait contribué à la reconnaissance du jazz… en permettant à Ella Fitzgerald de lancer en grand sa carrière.

J’ai découvert aussi quel avait été l’apport des femmes « à ce grand rêve utopique de l’art russe du début du siècle dernier », notamment l’artiste Natalia Gontcharova, qui a participé aux grands mouvements du début du XXe siècle ou d’autres artistes pionnières telles Artemisia Gentileschi, une peintre renommée du XVIIe siècle (avec par exemple la scène biblique, Judith, décapitant le général assyrien Holopherne après l’avoir charmé et enivré), la peintre Adélaïde Labille-Guiard, contemporaine d’Élisabeth Vigée Le Brun, un peu mieux connue, ou encore Mary Cassatt, disciple de Degas, une figure majeure de l’impressionnisme aux États-Unis.

La navigation sur le site m’a conduite sur la page consacrée à Alice Guy, « première réalisatrice de fiction au monde, avec un millier de films à son actif » !

J’écoute très peu de popcasts, trouvant que le temps consacré à l’écoute est plus long que celui passé à la lecture pour une même quantité d’informations 🙂 c’était sans compter sur celui de Charlotte Pudlowski, « Ou peut-être une nuit », qui aborde la mémoire traumatique liée à l’inceste, dont j’ai trouvé le lien dans une interview de la journaliste. En effet, entendre les témoignages peut être plus bouleversant que de les lire…

En écoutant les propos de Charlotte Pudlowski, je me suis souvent fait la réflexion que la stratégie du silence qu’elle note autour de l’inceste, est la même que celle que l’on constate autour de toutes les violences, qu’elles soient liées au harcèlement, à la maltraitance sous toutes ses formes, à l’enfermement, à l’exclusion… et que toutes ces violences sont des histoires de domination.

Une autre série tout autant intéressante sur un tout autre sujet est celle qui traite de la science face au paranormal, qui met en avant que, sans remettre en cause les témoignages des personnes qui racontent les maisons hantées ou autre phénomène paranormal, les explications sont souvent liées à des causes humaines mais que « c’est parce qu’on cherche à y mettre une signification que le cerveau en trouve une », y compris dans le cas des illusions collectives !!!

Bonne lecture !


Ecrit par Lise - Site

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Laisser ces deux champs tels quels :

Protégé par Invisible Defender. 313 541 spammeurs ont vu s'afficher une page d'erreur 403.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.